Home

Library

The Message of Fatima
The Story of Fatima
"Here You See Hell..."
The Angel of Portugal
Jacinta Francisco
Requests of Our Lady
Scapular Consecration
The Holy Rosary
Rosary Crusaders
Marylike Modesty
Penance & Reparation
The Fatima Cell Program
Cell Meeting Outline
Monthly Cell Program
Reference Material
Fatima Crusader Bulletin
Marian Apparitions & Shrines
Fatima Devotions & Prayers
Seasonal Devotions

La Controverse au Sujet du Troisième Secret – Huitième Partie

Le témoignage de Mgr. Silvio Oddi

Silvio Oddi, ordonné prêtre le 31 mai 1933, était un diplomate du Vatican, principalement au Moyen-Orient, de 1938 à 1962. En dépit de sa réputation comme un «conservateur», il fut appelé "cardinal" par Paul VI en 1969, et est devenu un membre de la «curie» de 1979 jusqu'à sa retraite en 1985. Des déclarations qu'il a faites dans des interviews accordées en 1990, ainsi que dans ses Mémoires, publiés en 1995, ont jeté beaucoup de lumière sur la controverse sur le Troisième Secret.

Le premier de ces entretiens a été donné pour la "catholique" journal Il Sabato, et publié dans son édition du 17 Mars, 1990 :

A présent, tout le monde reconnaît que le cardinal Silvio Oddi a une vertu qui est extrêmement rare dans l'environnement ecclésiastique actuel: la franchise et la liberté avec laquelle il expose ses points de vue. L'interview qui suit en est une preuve de plus. Il a pour thème une des énigmes que, pendant ce siècle, a déplacé plus l'imaginaire collectif religieux: le Troisième Secret de Fatima. C'est une question qui porte sur la pertinence contemporaine de nouveau le mois dernier, suite à la publication dans 30 JOURS d'une lettre de Sœur Lucie, l'une des trois visionnaires à qui la Mère de Dieu apparut le 13 mai 1917. Se référant à des bouleversements en Europe orientale, la religieuse portugaise a écrit: « Je crois que c'est une action de Dieu dans un monde courant un danger d'une guerre atomique qui pourrait le détruire. » Beaucoup ont vu dans ces mots la confirmation que le Troisième Secret a quelque chose à voir avec l'évolution actuelle de l'URSS, comme si la Vierge Marie avait prophétisé et mystérieusement guidée plan la perestroika. Ce point de vue a pris fin en attribuant à ces événements politiques, le caractère miraculeux d'une renaissance spirituelle et religieuse.

ETES-VOUS AUSSI DE CET AVIS ?

CARDINAL ODDI : Non, au contraire, je reste très sceptique. Je crois que je connaissais très bien Jean XXIII, depuis que j'ai passé un certain nombre d'années à ses côtés quand il était à la nonciature à Paris. Si le secret avait concerné des réalités consolantes pour l'Eglise comme la conversion de la Russie ou la renaissance religieuse de l'Europe orientale, je crois qu'il aurait exercé des pressions pour rendre public le secret. Par son tempérament, il n'a pas hésité à communiquer des choses joyeuses (il a été révélé que le cardinal Roncalli dans un certain nombre de lettres à des amis, avait pratiquement annoncé son élection à la papauté). Mais quand je lui ai demandé lors d'une audience pourquoi en 1960, lorsque l'obligation de garder le secret était venue à sa fin, il n'avait pas rendu publique la dernière partie du message de Fatima, il a répondu avec un soupir las. Il a alors dit: "Ne me remettez pas ce sujet, s'il vous plaît ..."

AVEZ-VOUS DÉJÀ PARLÉ AVEC SŒUR LUCIE ?

CARDINAL ODDI : Oui, en 1985. J'étais allé au Portugal pour y célébrer solennellement l'anniversaire des apparitions, et je n'ai pas résisté à l'envie d'échanger quelques mots avec elle. Évidemment, je ne lui ai pas demandé de me révéler le secret, mais je lui ai demandé si elle était au courant de la raison pour laquelle l'Eglise a décidé de ne pas le rendre public.

ET SŒUR LUCIE, QU'A-T-ELLE DIT ?

CARDINAL ODDI : Elle a dit qu'en mai 1982, elle avait parlé avec Jean-Paul II, qui avait fait un pèlerinage à Fatima, pour rendre grâce à Notre-Dame, un an après la tentative d'assassinat sur la Place Saint-Pierre. Ensemble, ils ont décidé qu'il était plus opportun de ne pas révéler le secret. Par peur, elle m'a expliqué, qu'il pourrait être "mal interprété". La même explication, me dit-on, a été proposée par le Saint-Père lors de sa visite en Allemagne. Cette attitude de l'Eglise a renforcé en moi une théorie que j'avais eue pendant un certain nombre d'années ...

ET QUELLE EST-ELLE ?

Cardinal Oddi : Qu'est-il arrivé en 1960 qui aurait pu être considéré en liaison avec le Secret de Fatima? L'événement le plus important est sans aucun doute le lancement de la phase préparatoire du Concile Vatican II. Par conséquent, je ne serais pas surpris si le secret avait quelque chose à voir avec la convocation du Concile Vatican II ...

POURQUOI AVEZ-VOUS DIT CELA ?

Cardinal Oddi : De l''attitude qu'a montré le Pape Jean au cours de notre conversation, j'ai déduit - mais c'est seulement une hypothèse - que le secret peut contenir une partie qui pourrait avoir un anneau assez désagréable pour lui ... Mais nous savons tous que ... beaucoup de choses tristes ... ont eu lieu en collaboration avec le Concile. Je pense, par exemple, du nombre de prêtres qui ont abandonné le sacerdoce: il est dit qu'il ya eu 80.000 ...

ET QUELLE EST VOTRE EVALUATION DE TOUT CELA ?

Cardinal Oddi : Ceci – que je ne serais pas surpris si le Troisième Secret fait allusion aux temps sombres pour l'Eglise : confusions graves et troublantes apostasies au sein du catholicisme lui-même ... Si l'on considère la grave crise que nous avons vécu depuis le Concile, les signes que cette prophétie s'est accomplie ne semblent pas faire défaut ...

De grands détails de cela ont été publié dans l'édition du 11 Novembre 1990 du mensuel de Trenta Giorni, un "catholique internationale." Mgr. Oddi a donné ces détails sous la forme de "mémoires" :

Silvio Oddi with John XXIIIComme les prêtres et tous les fidèles, je suis devenu intéressé par le Troisième Secret de Fatima. Comme il est connu qu'il devait être révélé en 1960 à moins que Sœur Lucie fût décédée plus tôt, nous attendions tous que cette année arrive. Mais 1960 est venu et est reparti, et rien n'a été annoncé. En tant que secrétaire de Jean XXIII, quand il était à Paris, j'ai profité de la confiance qu'il plaçait en moi pour lui dire franchement :

« Très Saint-Père, il ya une chose pour laquelle je ne peux pas vous pardonner. »

« Qu'est-ce ? » il a demandé.

« Ayant le monde en haleine pendant tant d'années et puis voyant 1960 venir; plusieurs mois ont passé et rien sur le secret a été portée à leur connaissance. »

Roncalli a répondu : « Ne me parlez pas de cela. »

Je lui ai répondu : « Si vous ne le voulez pas, je n'en dirai pas plus, mais je ne peux pas empêcher les gens de le faire. L'intérêt est spontanée, je dois avoir délivré une centaine de sermons et les discours annonçant la révélation. »

« Je vous ai dit de ne plus me parler de ce sujet plus. »

Je ne persistai pas, mais je voulais aller au fond de l'histoire. Puis je suis allé rencontrer Mgr. Capovilla, son secrétaire particulier, et lui ai demandé : « Avez-vous ouvert le secret ? »

« Oui, nous l'avons ouvert. »

« Qui était présent ? »

« Il y avait le Pape, » me dit-il : « Le cardinal Ottaviani, et moi, mais nous ne pouvions pas comprendre, car il a été écrit à la main et en portugais. Nous avons donc appelé un monseigneur portugais qui a travaillé au Secrétariat d'Etat. »

Moi qui connaissais très bien Jean XXIII, je suis sûr que le secret ne contenait rien de bon. Roncalli n'aimait pas entendre parler de scandales ou de punitions. A partir de cela, je conclus qu'il contenait quelque chose comme une interdiction, une punition, ou une catastrophe ...

À ce stade, permettez-moi d'avancer une hypothèse : que le Troisième Secret de Fatima soit une préannonce de quelque chose de terrible qu'a fait l'Église (Vatican II) ... dont les conséquences ont été très douloureux, avec une baisse considérable de la pratique religieuse. Et que plus tard, après une grande souffrance, la foi serait de retour. Oui, cela peut être le contenu du secret. Mais si cela était vrai, le respect du secret a déjà été observé, car la crise dans l'Eglise est visible à tous. Et les âmes les plus alertes l'ont reconnu il ya des années.

A titre d'exemple, Oddi a déploré la parodie qui a eu lieu à Assise – la "réunion de prière" pan-religieuse de 1986 :

Ce jour-là, je suis allé à Assise comme le légat pontifical pour la Basilique de saint François, et j'ai vu une vraie profanation dans certains lieux de prière. J'ai vu des bouddhistes dansant autour de l'autel, sur lequel ils avaient mis un Bouddha dans la place du Christ, et ils ont brûlé de l'encens au Bouddha et l'ont vénéré. Un bénédictin protesta ; il a été jeté dehors par la police. Je n'ai pas protesté, mais mon cœur était scandalisé. La confusion était apparente sur le visage des catholiques qui participaient à la cérémonie. J'ai pensé: si à ce moment les bouddhistes avaient distribuer le pain consacré à Bouddha, ces gens auraient été capables d'accepter de le manger, peut-être avec une plus grande dévotion que quand ils reçoivent l'hôte (Novus Ordo).

Enfin, Mgr. Oddi a résumé sa position sur le Troisième Secret dans son livre de mémoires, Il Tenero Mastino di Dio, publié en 1995 :

La prophétie de Fatima a été complètement défiée! C'est un manque de bon sens, je dirais, parce que, selon l'interprétation qui me semble plus digne de considération, le Troisième Secret, que Jean XXIII et ses successeurs pensèrent inopportun de révéler, ne concernait pas une conversion supposée de la Russie, encore loin de devenir une réalité, mais concernait la «révolution» dans l'Eglise (Vatican II). À partir de ce Concile ... de nombreuses innovations sont nés qui semblent constituer une véritable révolution interne.

En conclusion à cette série, il est étonnant de noter que, après 10 années de déni, Ratzinger a commencé à inverser sa position sur le Troisième Secret. En 2000, Ratzinger avait maintenu fermement que le Troisième Secret concernait le passé : « Aucun grand mystère n'est révélé; ni l'avenir dévoilé. »

Mais lors de son vol à destination de Fatima, le 11 mai 2010, une question fut posée à Joseph Ratzinger par un journaliste de savoir si le Troisième Secret pourrait avoir quelque chose à voir avec le scandale des abus sexuels en cours. Ratzinger a répondu : « Au-delà de la grande vision ... il ya des indications de la réalité de l'avenir de l'Eglise ... » Il est à noter que les questions des journalistes de ce genre sont présélectionnés par le Vatican.

Deux jours plus tard, le 13 mai 2010, Ratzinger inclus ce point dans son homélie à Fatima: « Nous aurions tort de penser que le message prophétique de Fatima est complet. »

Était-ce un double langage de plus, ou un changement dans la politique? Le mystère, comme nous l'avons noté précédemment, continue .....

Retour: "Reference Library"

Retour pour dépasser

Visit also: www.marienfried.com

Valid HTML 4.01 Transitional Valid CSS!