Home

Library

The Message of Fatima
The Story of Fatima
"Here You See Hell..."
The Angel of Portugal
Francisco
Requests of Our Lady
Scapular Consecration
The Holy Rosary
Rosary Crusaders
Marylike Modesty
Penance & Reparation
The Fatima Cell Program
Cell Meeting Outline
Monthly Cell Program
Reference Material
Fatima Crusader Bulletin
Marian Apparitions & Shrines
Fatima Devotions & Prayers
Seasonal Devotions
Calendars
Saints

smr@salvemariaregina.info

** Salve Maria Regina **

OUR LADY OF FATIMA CRUSADER BULLETIN

Vol. 41, Issue No. 116

La Bienheureuse Vierge Marie, Défenseure des Fideles

St. Bernard preaching the Second Crusade

Saint-Bernard prêcha, en ces termes, la deuxième croisade en 1134, lorsque les Turcs menacèrent les chrétiens du royaume latin de Jérusalem :
« Voulez-vous laisser les infidèles contempler en paix les ravages qu'ils ont commis ? »

La Bienheureuse Vierge Marie assure la défense de l'Eglise, et est plus terrible face à ses ennemis "qu'une armée rangée en bataille." "Tour de David, Tour d'Ivoire" est-elle appelée dans sa Litanie. Tout comme, en même temps que Saint-Joseph, elle a sauvé la vie de l'Enfant divin du méchant Hérode, plusieurs fois aussi, elle n’a eu du mal à sauver le Corps mystique du Christ, l'Église, quand il fut menacé par de puissants ennemis. Comme Notre-Seigneur était un signe de contradiction dans la vie – très aimé ou détesté considérablement – jusqu'à ce qu'Il fut crucifié, ce fut de même pour son épouse sans tache, l'Eglise. De siècle en siècle, de nouveaux Hérode et de nouveaux Pilate l’attaquèrent constamment, tendant des pièges à ses enfants. Pourtant, la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de l'Eglise, les a toujours rendus victorieux. En fait, Jésus n'a pas promis à son Eglise la paix perpétuelle, mais la victoire perpétuelle. Notre-Dame écrasera toujours la tête de l'ennemi : "Les portes de l'enfer ne prévaudront pas contre elle. (Matt. 16:18)

Cette bataille est renouvelée chaque siècle. En fait, ce fut un tel conflit qui devint une occasion pour Notre-Dame de nous offrir en cadeau son Saint-Rosaire. Les impies Albigeois, une secte révolutionnaire et sacrilège, blasphémèrent les vérités de notre sainte foi, et s'opposèrent à l'Eglise militante. Leur violence obstinée fut dévastatrice des belles régions en France, en Espagne et en Italie. Saint-Dominique, fondateur de l'Ordre des Prêcheurs, se consacra corps et âme à la tâche d'éradiquer cette erreur tout le long de la Province de Toulouse. Afin d'être certain de la victoire, il implora constamment le secours de la Sainte Vierge, dont la dignité des hérétiques avait effrontément attaqué, car ils savaient que mission lui fut donnée de détruire les hérésies dans le monde entier. Au début, il essaya de s'y opposer et de les convertir avec ses mots zélés de persuasion, mais en vain, et l'hérésie devint plus profondément enracinée chaque jour qui passait. Il eut ensuite recours de manière plus fervente à Notre-Dame, en mettant la question entièrement et en toute confiance dans ses mains. Saint-Dominique a ensuite reçu d'elle, l'avertissement de prêcher le Rosaire comme une arme singulièrement efficace contre l'hérésie et le vice ; la ferveur et le succès avec lequel il effectua cette tâche qui lui fut confiée, a été vraiment incroyable. Partout où il créa la dévotion au Très Saint-Rosaire avec la méditation des mystères, il vit des conversions les plus étonnantes. Les Albigeois furent maîtrisés grâce à la puissance de la grâce divine, et la paix revint. Mais un besoin encore plus grand de la puissance du Rosaire menaçait la chrétienté.

Les forces de l'Islam diabolique – les musulmans, les Sarrasins, les Turcs et les Maures – furent des ennemis vicieux de l'Eglise et de la civilisation chrétienne depuis plus de treize siècles. En suivant les enseignements de base de Mohammed, l'infâme prophète imposteur, son troisième successeur, le calife Omar (634-644), déclara : « Il nous incombe de dévorer les chrétiens, et pour nos fils de dévorer leurs descendants, aussi longtemps qu'un seul d'entre eux restera à la surface de la terre. » Ainsi, les hordes fanatiques de terroristes musulmans balayées d'Arabie, ravagèrent les villes et les terres qui avaient si longtemps été des centres de la civilisation chrétienne, avec cet ultimatum sanguinaire : « Convertissez-vous, ou mourrez. » Ce Jihadislamique, ou "guerre sainte," menaça à plusieurs reprises d'asservir l'Europe chrétienne sous le symbole sanglant du croissant. Et les chrétiens se tournèrent vers leur puissante Reine afin qu'elle leur vienne en aide.

Comme les musulmans saisissaient d'innombrables chrétiens d'Espagne, d'Afrique et d'autres pays de la côte méditerranéenne et les vendaient comme esclaves, la Vierge Marie intervint au nom de ses fidèles enfants. En 1218, elle apparut à Saint-Pierre Nolasque, Saint-Raymond de Peñafort, et à Jacques Premier, roi d'Aragon. Pour ces trois saints hommes, elle manifesta son désir de les voir instituer un ordre pour le rachat des esclaves chrétiens du cruel esclavage de l'Islam. Ainsi, l'Ordre de Notre-Dame de Rançon (ou de Miséricorde), dont le noble but était de rançonner et libérer les esclaves chrétiens, fut institué.

En Juin 1456, le sultan ottoman, Mohammed "le Conquérant," avec une armée de 150.000 combattants, mit le siège devant la ville de Belgrade, le dernier bastion chrétien avant que l'Europe ne soit mis à nu face aux musulmans. Le Pape Calixte III, le fougueux espagnol Borgia, dont le pays avait fait la lutte contre l'Islam depuis plus de 700 ans, plaça sa confiance en Dieu et en la Vierge Marie. Pour la Hongrie, il envoya trois Jeans, au Nom de Dieu et de Notre-Dame. Saint-Jean Capistran, le diminutif frère franciscain, qui prêcha avec ferveur dans les villes et les villages où il alla, en remuant les cœurs et les âmes du peuple chrétien, jeunes et moins jeunes, jusqu'à ce qu'ils se levèrent avec un dévouement et un zèle à combattre pour la défense du Christ et de son Église. Jean Hunyadi, l'intrépide chef hongrois, souleva une petite armée de 7.000 combattants à ses propres frais, tandis qu'un prince de l'Eglise, le cardinal Jean Carvajal, travailla à organiser rapidement des dispositions liées au transport pour cette croisade mal équipés mais ardemment inspiré.

La bataille de Belgrade fut rejointe le 14 Juillet, et pendant cinq heures, elle fit rage, comme Saint-Jean Capistran se tenait sur la montagne au-dessus, ses bras levés en prière, portant le Crucifix du Pape, en implorant l'aide de Notre-Dame. Les forces Chrétiennes franchirent miraculeusement la ville avec des fournitures et de la nourriture pour le peuple. Le 21 Juillet, fortifiées, ils décidèrent de nouveau d'attaquer les Turcs contre vents et marées, comme le Crucifix Papal fut de nouveau soulevé grâce à l'aide divine. Soudain, le sultan lui-même fut blessé par une flèche chrétienne, et fou de douleur et de rage, il ordonna une retraite complète. En action de grâces pour cette victoire, le Pape Calixte créa la fête de la Transfiguration, le 6 Août.

En 1571, les musulmans menacèrent de nouveau l'Europe car Sélim l'Ivrogne, monta sur le trône de l'empire ottoman, et Saint-Pie V sur le trône de Pierre. Le Saint-Père ordonna de ferventes prières à la Vierge Marie, une véritable "croisade du Rosaire" rassembla les forces de l'Espagne, Venise, Gênes, Malte, et sa propre minuscule flotte papale. Dimanche, 7 Octobre, les forces chrétiennes, sous le commandement de Don Juan d'Autriche, rencontrèrent l'armada turque, largement supérieure, dans le golfe de Corinthe près de Lépante. La bataille fit rage et en même temps, les pieuses confréries du Saint-Rosaire récitèrent les prières prescrites par leurs statuts. La bannière du Christ crucifié lui fut donnée par le Pape, et, sous l'étendard de Notre-Dame de Guadalupe, Don Juan d'Autriche conduisit son fervent hôte catholique à une glorieuse victoire. Deux cents navires ennemis furent coulés, 90 furent incendiés, 30.000 Turcs furent tués et 25.000 galériens chrétiens furent libérés, tandis que la flotte chrétienne ne perdit que 7.500 hommes. La puissance navale de l'Islam sur la Méditerranée fut cassée en permanence. Le Saint-Père, qui avait si vigoureusement exhorté les fidèles à prier la Vierge pour le triomphe des forces chrétiennes, tiré par une révélation de Dieu que la victoire serait obtenue. Mais il était clair pour tous que ce ne furent « ni la valeur, ni les armes, ni les dirigeants qui donnèrent la victoire, mais le chapelet de Notre-Dame. » À la mémoire de cette victoire miraculeuse, il a ajouté le titre "Secours des Chrétiens" aux Litanies de Lorette, et il l'a invoqué comme "Notre Dame de la Victoire." Deux ans plus tard, le Pape Grégoire XIII établi le 7 Octobre comme la fête du Très Saint-Rosaire, en action de grâces pour la victoire de Lépante.

« Ta main droite est devenue glorieuse en puissance; ta droite a écrasé l'ennemi. Ils ont coulé dans les puissantes eaux, et la mer les a couverts. Le Seigneur t'a béni par Sa puissance, car par toi, il nous a amené nos ennemis à néant. » (Bréviaire romain, en la fête du Saint-Rosaire)

En 1683, les Turcs montèrent leur plus forte attaque contre l'Europe chrétienne depuis leur premier siège de Vienne en 1529. Ils voulaient conquérir toute l'Europe pour l'Islam, et se vantait qu'ils « s’élèveraient sur le dôme de Saint-Pierre avec le croissant. » Le grand vizir turc, Kara Mustapha, était campé autour de la ville de Vienne avec une formidable armée de 200.000 combattants musulmans. À la demande du Pape Innocent XI, l'intrépide Jean Sobieski, roi de Pologne, risqua la sécurité de son pays tout entier pour aller au secours de Vienne avec sa petite armée de 24.000 soldats. Il fut rejoint par une petite armée impériale des Habsbourg de 21.000 hommes sous le duc de Lorraine. Les troupes chrétiennes étaient désespérément en infériorité numérique, mais le matin du 12 Septembre 1683, le roi pieux mena ses soldats chrétiens, dans le Saint Nom de la Bienheureuse Vierge Marie, la puissante Reine du Ciel, et ils attaquèrent hardiment le camp infidèle. Les Turcs furent mis en déroute, et le Saint-Père institua la fête du Saint Nom de Marie, le 12 Septembre, et l'observa en son honneur chaque année, en action de grâces pour son aide miraculeuse qui permit de sauver l'Europe chrétienne.

Après la brillante défense de Vienne, la reconquête de la Hongrie et des Balkans cessa de progresser, sous la bannière et le patronage de Marie, l'aide puissante des chrétiens. En 1685, les armées chrétiennes ont défait les Turcs à Neuhausel et Gran, et reprirent la ville de Budapest en 1686. Les infidèles furent de nouveau battus à Mohacs, et en Septembre 1688, l'armée impériale des Habsbourg récupéra Belgrade, qui fut le site de la victoire miraculeuse du roi de Hongrie, 230 années auparavant.

La défense de l'Europe chrétienne fut ensuite contrainte à un arrêt malheureux pendant près de dix ans en raison de la guerre de la Ligue d'Augsbourg contre les Français, qui, comme d'habitude, refusèrent de faire cause commune contre les ennemis de la chrétienté. En fait, la trahison du roi Bourbon, Louis XIV, était telle qu'il fit une alliance avec les Turcs et les Ottomans qui profitèrent de ce répit pour arracher Belgrade loin de l'armée impériale appauvrie.

La reconquête chrétienne repris en 1697, dirigée par le prince Eugène de Savoie, maréchal de l'armée des Habsbourg, et un vétéran de la guerre contre les Turcs depuis le siège de Vienne. Il était aussi un fils très dévoué à Notre-Dame. Il n'est jamais allé dans la bataille sans avoir récité le chapelet. Apprenant que les Turcs avaient mis un pont de bateaux sur le fleuve Theiss à Zenta et passaient en Transylvanie, il fit marcher ses troupes pendant dix heures pour se défendre contre cette agression. Le 11 Septembre, lors de la bataille de Zenta pivot, les forces impériales des vaillants catholiques, sous son commandement, charge après charge, brisèrent finalement l'assaut de l'invasion et renversèrent la vapeur d'avance islamique. Transylvanie fut sauvée, et la plupart du Royaume-catholique de Hongrie fut libéré. De 30.000 guerriers musulmans, 20.000 furent mis à l'épée et 10.000 furent noyés, tandis que le prince Eugène ne perdit que 300 hommes !

La date des horribles attaques terroristes islamiques à New York et à Washington DC, qui a eu lieu le 11 Septembre 2001 et où des milliers de personnes ont péri, n'est certainement pas sans signification car c'est l'anniversaire de la défaite islamique à Zenta. Les légions de l'enfer et leurs instruments humains ne leurs font pas oublier les graves humiliations infligées à leur orgueil diabolique par ces victoires mémorables de la Reine du Ciel, et ainsi ils s'efforcent par tous les moyens en leur pouvoir, à les venger, et à prévenir leur éventuelle totale défaite, car elle doit écraser la tête de Satan sous ses pieds, comme prévu.

Mais il serait impossible d'effacer le souvenir de tant de victoires célèbres qui doivent être attribuées à la puissante intercession de la Bienheureuse Vierge Marie. En Hongrie, le 5 Août 1716, Charles VI, empereur du Saint Empire romain, avec le prince Eugène et le vétéran des armées d'Habsbourg, furent encore confrontés à une autre force d'invasion des islamistes Turcs, de taille énorme; ce qui posa une nouvelle menace pour les royaumes catholiques. Le jour même où la fête de la Dédicace de la Basilique de Notre-Dame des Neiges fut célébrée à Rome, les forces de la chrétienté furent de nouveau victorieuses, car elles obtinrent un triomphe énorme par rapport à l'ennemi. En effet, presqu’au même moment de la bataille, la Confrérie du Très Saint-Rosaire offrait une prière publique et solennelle dans la Ville éternelle. Un très grand nombre de personnes prirent part à cette manifestation, déversant, par des prières ferventes, une grande dévotion à Dieu pour le renversement des musulmans, et en implorant la puissante intercession de la Vierge Mère de Dieu pour la délivrance du peuple chrétien.

Presque immédiatement, les Turcs furent appelés hors de leur siège de l'île de Corcyre, et en 1717, la ville antique catholique de Belgrade, le joyau du Danube inférieur, qui était comme un bastion important dans la défense de l'Europe chrétienne, fut repris par les forces catholiques. En signe de gratitude pour ces glorieuses victoires, et pour la protection singulière de Notre-Dame lors de l'assaut des infidèles, le Pape Clément XI a étendu la fête du Très Saint-Rosaire à toute l'Église universelle. Afin que le souvenir de ses faveurs extraordinaires puisse se perpétuer, et que les fidèles puissent être éternellement reconnaissants, le Pape Benoît XIII décréta que tous ces événements devaient être inscrits dans les leçons d'histoire du bréviaire romain pour cette fête.

Dans la dernière partie du XIXe siècle, lorsque l'Eglise subissait des attaques vicieuses de ses ennemis, y compris la saisie sanglante des Etats pontificaux par les francs-maçons, et quand depuis longtemps une véritable fureur des maux pressants faisait rage, le Pape Léon XIII , dans une série de lettres encycliques (une pour chaque année de son pontificat) pria instamment les fidèles du monde entier à réciter le Rosaire fréquemment, surtout pendant le mois d'Octobre, comme un antidote aux assauts des légions de l'enfer. En 1888, il leva le rang de la fête, créa un Office propre et une Messe, et ajouta aux Litanies de la Très Sainte Vierge l'invocation: « Reine du Très Saint-Rosaire, priez pour nous. »

Voici les mots du Saint-Père:

« Par conséquent, nous devons toujours vénérer la Sainte Mère de Dieu avec cette dévotion qui lui est très agréable. Pour celle qui a tant de fois répondu aux prières des fidèles du Christ dans la récitation du Rosaire, et qui nous a donné la victoire sur nos ennemis terrestres, aussi nous accordera-t-elle la victoire sur nos ennemis infernaux. »

Les moyens réels déployés par les Pontifes romains sont particulièrement d'actualité aujourd'hui, car les légions de l'enfer ne se reposent jamais, et même maintenant, la vieille lutte entre le catholicisme et l’Islam diabolique a été rejoint. Une fois de plus, l’Islam tente radicalement de refaire le monde entier par d'horribles actes de terreur et de massacres. Mais la Bienheureuse Vierge Marie est de nouveau prête à intervenir dans la lutte. Elle est déjà apparue à Fatima, dont le nom de la fille de Mohammed manifeste la puissante domination de Notre-Dame sur les forces cruelles de ce faux prophète. Il a mis en garde l'humanité de modifier leur vie, par la pénitence, et à se consacrer entièrement à son Cœur Immaculé, et de prier le chapelet tous les jours. Si ses demandes ont été acceptées, a-t-elle dit, Dieu accordera la paix dans le monde. Sinon, a-t-elle averti, il y aurait une seconde guerre mondiale, et, prophétisa-t-elle, si les hommes restaient obstiné, « la grande guerre débutera dans la seconde moitié du XXe siècle. »

La seconde guerre mondiale est désormais comptabilisée dans l'histoire. Mais, malheureusement, les hommes n'ont toujours pas "cessé d'offenser Dieu," comme Notre-Dame de Fatima l'a plaidé, et dans les années 1970, les différentes sectes de l'Islam proclamèrent un autre Jihad – une "guerre sainte" – contre les nations non-musulmanes de la terre. La fin du XXe siècle fut inondé littéralement par le sang de millions de ses victimes, en Israël, au Liban, au Soudan, en Indonésie, en Ethiopie, au Rwanda, aux Philippines, Chypre, la Malaisie, la Tunisie, l'Algérie, et dans des dizaines d'autres pays à travers le monde.

A l'aube d'un nouveau millénaire, nous avons été réveillé par la terrible horreur satanique de l'Islam sur nos propres côtes, une terreur qui menace de plonger notre pays (et peut-être le monde) dans le chaos et l'anarchie, ou l'horreur tout aussi redoutée d'un Etat policier socialiste dans le monde entier. Toutefois, dans une période d'incertitude et de crise, nous devons veiller à maintenir une perspective et une motivation véritablement catholique. Les légions de l'enfer doivent de nouveau être combattue comme autrefois, mais pas seulement dans le but de préserver le matérialisme et l'insidieuse hédonisme de notre pays, qui est gravement offensante pour Dieu, ni pour des fins de vengeance : « Ne vous vengez pas .. . car il est écrit, la vengeance est à Moi, à Moi la rétribution, dit le Seigneur » (Romains 12:19), ni pour la préservation des principes des gouvernements maçonniques, mais plutôt de préserver la liberté de pratiquer notre sainte Foi catholique dans une paix relative et sécuritaire, et de continuer à travailler pour le règne du Christ-Roi, pour le salut de l'âme de l'humanité, et l'ultime triomphe du Cœur Immaculé de Marie.

En tant que catholiques, ce qui devrait plus nous affliger sur les horreurs de la guerre, en particulier une guerre de terreur, c'est que la plupart de ceux qui périssent en elle, comme l'a dit Jacinthe de Fatima: « ... irez en enfer. » Et cela est particulièrement vrai parce que personne n'est prêt à prier pour « tant d'âmes », qui « vont en enfer parce qu'il n'y a personne pour prier et se sacrifier pour eux. » Dans cette perspective, nous réaffirmons notre volonté que les croisés du Très Saint-Rosaire rencontrent autant de ferveur qu'au temps de nos vaillants ancêtres dans la Foi, qu'en ces mêmes instants, se ressentent l'urgence des besoins spirituelle et temporelle.

Laissez-nous prendre notre arme spirituelle, le Saint-Rosaire, qui nous est donné amoureusement par la Reine Immaculée de Dieu dès le début de cette antique bataille avec le mal, et avec tout l'amour et la dévotion dans nos cœurs, implorer son aide et son intercession; non seulement pour la destruction de l'Islam militant, mais aussi pour la conversion complète et fidèle de notre pays bien-aimé et l'ensemble de ses citoyens à la seule, vraie Eglise de Jésus-Christ.

Nous volons vers ton patronage, Sainte Mère de Dieu, ne méprise pas nos prières dans nos besoins, mais délivre-nous toujours de tous les dangers, ô Glorieuse et Bienheureuse Vierge Marie.

Prions : Nous défendre, ô Seigneur, de tous les dangers de l'âme et du corps, et par l'intercession de la Bienheureuse et Glorieuse Marie toujours Vierge, Mère de Dieu, ainsi que celle de tous les saints, accorde-nous, nous T'en supplions, la santé et la paix, que toutes les adversités et les erreurs étant surmontées, Ton Église puisse Te servir avec une tranquille liberté, grâce à Notre Seigneur Jésus-Christ, Ton Fils, qui vit et règne avec Toi dans l'unité du Saint-Esprit, Dieu, pour toujours, pour les siècles des siècles. Amen.

Reine du Très Saint-Rosaire, priez pour nous !

Back to Top

Back to Bulletins

Visit also: www.marienfried.com

Valid HTML 4.01 Transitional Valid CSS!